L’architecture navale, l’art des structures qui naviguent !

 

L’architecture navale est assimilée à l’art de concevoir des structures navigantes, sur l’eau et sous l’eau. Ainsi, l’architecte naval est à la base de la conception de tous les types de navires, des bateaux à moteur comme des voiliers, ainsi que des sous-marins, voire même des plateformes.

 

Dans le monde moderne de la navigation, l’architecture navale est une combinaison très réussie des deux acteurs complémentaires que sont l’architecture et l’ingénierie.

 

Afin d’appréhender ce domaine avec un peu moins de recul, nous avons conçu un glossaire des termes d’architecture navale, en écartant les termes n’évoquant pas la construction ou les pièces utiles à la construction d’un navire.

 

Glossaire des termes d’architecture navale

 

A

Abouter : action de jointure de deux pièces de bois à leurs extrémités (résultat : aboutage).

Accore : pièces de bois soutenant la quille d’un navire en cale sèche.

Allonge : pièce de bois verticale d’une membrure prolongeant une varangue ou un genou à sa partie supérieure. Elle est parfois assemblée latéralement à la varangue.

Allonges d’écubier : (grands voiliers) allonges de part et d’autre des écubiers.

Allonges de poupe (de tableau) : forment la charpente du tableau des voiliers.

Anguiller : orifice de différentes formes, creusé dans une varangue pour que l’eau ne stagne pas au fond de la coque.

Apotureau (jambette) : extrémité haute d’une allonge pour amarrer un cordage, se prolonge au-dessus du plat-bord.

Apparaux : équipements pour manœuvrer le gréement et mouiller l’ancre.

Assemblage de rallonge (assemblage en bout) : en charpenterie, coller deux pièces de bois bout à bout pour les rallonger.

 

B

Batayolle : ensemble formé des chandeliers et des filières.

Bau (barrot) : poutre transversale de charpente transversale située dans la partie haute de la coque et servant à la fois de raidisseur transversal et de renfort des flancs.

Bauquière (serre bauquière) : ceinture intérieure formée de pièces de bois de section importante pour renforcer l’assemblage longitudinal des membrures et soutenir les extrémités des barrots.

Bordé : ensemble des parties qui constituent le revêtement de la partie externe de la coque, s’appuie sur la charpente.

Bordé à clin : les bordages se recouvrent en partie. Ils sont assemblés au niveau du recouvrement par des rivets avec contre-plaque ou des clous à pointe recourbée.

Bordé à franc-bord : bordages disposés tranche contre tranche, sans liaison ni recouvrement.

Bouchain : partie du bordé d’un bateau (zone intermédiaire entre fonds et murailles/départ des flancs).

Bouge : le bouge est la courbe transversale du pont, c’est la différence de hauteur entre le centre du bateau et le bord de la coque.

Brion : partie de la charpente intérieure (coque du bateau) qui assemble la quille à l’étrave.

 

C

Calfatage : étanchéité d’un joint ou d’une couture entre deux bordages par l’nsert forcé d’un matériau.

Carlingue : forte pièce de la charpente longitudinale interne disposée (avec ou sans encastrement) au-dessus des varangues dans l’axe de la quille.La carlingue renforce, en complément de la quille, la structure longitudinale de la coque.

Carlingue : pièces servant de renforts (structure longitudinale).

Can : tranche d’un bordage ou d’une planche.

Cap de mouton : bloc de bois bombé et rond percé en général de trois trous et servant à raidir les haubans.

Chaise d’arbre : appendice situé sous la coque, soutient un palier pour l’arbre d’hélice.

Charpente : pièces de bois (métal) assemblées formant l’ossature lors de la construction du bateau (barrots, ensemble des couples, quille, serres…).

Cheville : tige de fer (bois) pour unir deux pièces. Si la cheville est en bois, on emploie “gournable”.

Château : superstructure située au-dessus de la coque.

Chevillot (cabillot, quinçonneau) : grosse cheville.

Chouquet : gros billot de bois joignant le mât inférieur au mât supérieur (prolongement).

Coaltar : goudron-enduit pour les coques.

Contre-étrave : pièce de charpente courbe (doublure et renfort d’étrave).

Couple : notion de membrure à double épaisseur. On utilise aussi le terme de membrure.

Creux : hauteur intérieure de la coque : hauteur utile en cale pour la cargaison.

Dévoyée (membrure) : membrure disposée avec une certaine obliquité.

 

D

Dalot : canal percé dans le pont (eaux de ruissellement).

Dunette : superstructure sur la largeur, surélevée au-dessus du gaillard d’arrière.

 

E

Écart (enture) : assemblage de forme variée entre deux pièces de charpente (éléments du bordé).

Écubier : conduit cylindrique dans la coque, passage de la chaîne d’ancre.

Engoujure : rainure en travers, sous les caisses des mâts de hune et de perroquet, reçoit le braquet.

Emménagements : agencements des parties habitables d’un navire (équipage et passagers).

Entremise : pièce de raccordement entre deux pièces de charpente.

Entrepont : intervalle entre deux ponts OU pont intermédiaire dans une cale.

Éperon : partie de la proue terminée en pointe (saillie sur l’avant).

Épontille : poutre verticale utilisée comme structure de soutien des ponts.

Étambot (poupe) : pièce de charpente droite ou courbe à l’extrémité arrière de la coque, plus ou moins inclinée.

Étrave (proue) : pièce de charpente droite ou courbe à l’extrémité avant de la coque, plus ou moins inclinée.

 

F

Fargue : petit pavois mobile en bois (toile, matière végétale) dans le haut des allonges. Augmente la hauteur de franc-bord.

Fausse-étrave : pièce de charpente, double et renforce l’étrave sur l’extérieur.

Fausse quille : pièce additionnelle sous la quille, destinée à la protéger des chocs.

Fourcat : varangue à deux branches en forme de V.

Franc-bord : hauteur extérieure de la coque située au-dessus de la flottaison.

Fond : partie basse de la cale.

 

G

Galbord : premier bordage inférieur des flancs (le deuxième est le ribord).

Gaillard (d’avant ou d’arrière) : pont surélevé.

Garant : cordage d’un palan reliant les deux poulies.

Genou : pièce de bois courbe, au niveau du bouchain entre varangues et allonges.

Gournable : grosse cheville en bois pour fixer les virures.

Gréement : ensemble de l’équipement (mât, cordage, voile) nécessaire à la propulsion à la voile.

Gousset : pièce de charpente, assemblage de deux membrures croisées.

Gouttière : ceinture de renfort sur le bordé, au niveau du pont.

 

H

Hauban : partie du gréement dormant. Soutient les mâts par le travers et par l’arrière..

Herminette : outil de charpentier, fer tranchant disposé perpendiculairement à l’axe du manche en bois pour le façonnage des pièces courbes (membrures, étrave …).

Hiloire : rebord transversal sur le pont, destiné à bloquer l’eau OU raidisseur du pont.

Hydrodynamisme : navire en mouvement dans un fluide. Calculs de la traînée et de la puissance (bulbe d’étrave, squat).

Hydrostatique : stabilité à l’état intact.

Jaumière : trou par lequel passe la mèche de gouvernail.

 

I

Îlot : superstructure d’un porte-aéronefs (avions, hélicoptères), abrite la passerelle de commandement et fait office de tour de contrôle. La superstructure d’un sous-marin porte le nom de “kiosque“.

Ingénieur d’armement : cadre technique d’un armement maritime dans une Compagnie de transport maritime. Appartient au Service technique, dirigée par le Directeur technique.

Ingénieur naval : ingénieur responsable de la conception, de la fabrication ou de la maintenance des navires.

 

J

Jas d’ancre : pièces de bois à l’extrémité de la verge d’une ancre.

Jaumière : ouverture dans la voûte, passage de la mèche du gouvernail.

Jumboïsation : technique de construction navale, accroissement conséquent la longueur d’un navire.

Joint d’about : joint entre deux planches successives d’une virure.

Joint de rive : joint entre deux virures contigües du bordé.

 

K

Kiosque : superstructure d’un sous-marin.

 

L

Lisse : raidisseur longitudinal du bordé ou du fond.

Liure : lien formé de plusieurs tours de cordage (liure de beaupré).

Livet : intersection entre le pont principal et la coque.

Lisse : latte fixée provisoirement sur la face externe des membrures prédéfinies, sert à déterminer la forme des membrures de remplissage des ensembles avant et arrière de la charpente transversale.

 

M

Maille : intervalle entre deux membrures.

Maître-bau : bau le plus grand et, plus grande largeur de la coque.

Maître-couple : membrure la plus large, et, plus grande largeur de la coque.

Mantelet : volet permettant d’obturer un hublot ou un sabord.

Massif : pièce de bois importante, ou ensemble de pièces de bois, pour remplir les extrémités des fonds (avant et arrière).

Massif d’étambot : pièce de renfort à la liaison de la quille et de l’étambot.

Mât de beaupré : mât incliné vers l’avant, qui part de la proue et surplombe l’étrave.

Mèche de gouvernail : axe de rotation vertical du gouvernail.

Membre : partie de la membrure depuis la quille jusqu’au pont.

Membrure : pièce transversale de la charpente, composé d’une varangue (fond), de genoux (bouchain) et d’allonges (flancs).

Métacentre : point caractéristique d’une flottaison. Si le centre de gravité est plus haut que le métacentre, le navire est instable et risque de chavirer.

Moque : pièce de bois dur, sphérique et évidée au milieu, pour passer un cordage.

Muraille : partie latérale de la coque ou des superstructures.

 

N

Nable : trou dans la coque d’un navire muni d’un bouchon pour évacuer l’eau au fond d’une embarcation, OU ouverture dans les ponts pour le passage des lances à incendies.

Neuvage : état d’un navire à la fin de sa construction, à son entrée en service.

 

O

Œuvres mortes : partie émergée d’un navire.

Œuvres vives : partie immergée d’un navire (voir carène).

Organeau : anneau à l’extrémité d’une ancre, par lequel elle est fixée à sa chaîne.

 

P

Passavant : passerelle légère qui établit la communication entre l’avant avec l’arrière.

Passe-coque : trou dans la coque, tuyau ayant accès à la mer.

Pavois : partie de la coque dépassant le pont.

Penture : ferrure d’un gouvernail, fixant le safran sur la mèche.

Porque : pièce de la charpente transversale venant doubler intérieurement et renforcer une membrure.

Préceinte : virure du bordé plus large et plus épaisse que les autres, comme ceinture extérieure et renfort longitudinal de la coque.

Principe architectural : ensemble des choix techniques définissant la conception des formes et de la structure d’une coque. Si le principe est de type “sur bordé premier”, “sur membrure première” ou “sur sole”, c’est le bordé, la membrure ou la sole qui est l’assise de la conception de l’ensemble de la coque.

Pied de pilote : marge de sécurité sous la quille pour éviter l’échouage.

Pinoche : petite cheville permettant d’obturer une (petite) voie d’eau.

Plan de voile : ensemble de dessins préparés par l’architecte naval pour établir les différentes combinaisons de voiles possibles.

Pont : plateforme soutenue par des pièces de charpente dans le plan longitudinal et transversal.

Porque : poutre pour raidir les murailles.

Poulaine : plateforme en bois située sur l’avant.

Poulie : pièce en forme de roue, sert à la transmission du mouvement.

Poupe : partie arrière du navire.

Poupée : tambour (treuil ou guindeau).

Presse-étoupe : joint d’étanchéité (arbre d’hélice ou mèche de gouvernail).

Puits aux chaînes : compartiment de rangement de la chaîne de l’ancre.

Puits de dérive : logement permettant de faire coulisser verticalement un plan anti-dérive.

Prélart : toile goudronnée pour couvrir les panneaux d’écoutille et bloquer l’accès de l’eau dans les cales.

Proue : partie avant du navire.

 

Q

Quête : angle droit inférieur (90°) formé entre mât et la ligne de flottaison.

Quille : pièce principale de la charpente axiale d’une coque, sert de renfort pour la structure longitudinale de la coque et de plan anti-dérive.

 

R

Râblure : feuillure triangulaire pratiquée le long de la quille et se prolongeant sur l’étrave et l’étambot, sert à fixer les galbords dans la quille et les extrémités des virures dans les pièces létrave et l’étambot.

Réa : rouet à gorge des poulies (cordage).

Ribord : deuxième bordage situé au-dessus du galbord.

Rouf ou roof : superstructure sur le pont d’un navire.

 

S

Sabord : ouverture dans le bordé de la coque (prise d’air).

Serre : poutre longitudinale sur la face interne des membrures pour raidir une muraille.

Sole : ensemble des planches formant le fond plat d’une coque, sans quille.

Soute : réduit aménagé dans les étages inférieurs d’un navire (magasin).

Spardeck : pont continu sur toute la longueur du navire (sans teugue, ni dunette).

Surbau : planche (tôle) verticale faisant obstacle à la pénétration de l’eau par les ouvertures.

 

T

Tableau : partie plate, plus ou moins inclinée à l’arrière du bateau.

Taille-mer : partie terminale de l’étrave d’un bâtiment.

Talon : extrémité arrière de la quille.

Teugue : superstructure peu élevée sur un bateau. Désigne plus spécifiquement un pont surélevé sur l’avant (le pendant de la dunette).

Tillac : pont supérieur d’un navire (entre les gaillards).

Timon : pièce de bois en longueur attachée au gouvernail, sert à son usage.

Tin : pièce de bois utilisée en fond de cale sèche pour soutenir la quille et les flancs d’un navire en construction ou en radoub.

Tirant d’air : hauteur de la partie émergée, de la flottaison jusqu’au point le plus élevé du navire.

Tirant d’eau : hauteur de la partie immergée du bateau, entre le fond de la coque et la ligne de flottaison.

Toletière : renfort posé sur le plat-bord pour recevoir soit un tolet, soit une dame de nage.

Tonture : courbure longitudinale du pont ou du plat-bord.

Tonnage : mesure du volume d’un bateau.

Tonneau de jauge : unité de volume pour mesurer les capacités d’un navire.

Tonture : courbure longitudinale du pont (de l’avant à l’arrière).

Tonture inversée : la courbe du pont redescend vers l’étrave.

Trait de Jupiter : assemblage en forme d’éclair (en zigzag) pour abouter deux planches.

Traversin : pièce de bois posée en travers d’une charpente de bâtiment.

 

V

Vaigrage : ensemble des pièces posées sur les couples, côté intérieur de la coque.

Vaigre : bordage disposé sur la face intérieure des membrures, sur des varangues et des flancs (genoux et allonges).

Varangue : pièce de base de la charpente transversale qui soutient la quille.

Vibord : planche épaisse posée de chant, borde et embrasse le pont supérieur.

Virure : suite de bordages formant une ligne longitudinale d’un bout à l’autre de la coque.

Voûte : prolongement de la coque (arrière du voilier).

 

Pin It on Pinterest

Share This