Pourquoi choisir un ketch ?

par | Nov 6, 2019 | Les plus beaux bateaux | 0 commentaires

Le ketch, définition

 

Le mot ketch utilisé en navigation est dérivé du mot anglais « catch » qui signifie « prendre » au sens de prise de pêche et donc, traditionnellement, le ketch était un bateau de pêche ou un cargo à deux mâts et à gréement carré.

D’une manière générale, le ketch est un bateau à voiles type monocoque, catamaran ou trimaran et qui est équipé de deux mâts. Sur l’avant du voilier, le mât principal ou grand mât porte la grand voile, c’est le plus haut des deux mâts ; le second mât ou mât d’artimon est situé en arrière du bateau avec une emplanture en avant de la mèche du gouvernail (safran).

Le ketch, différents types de gréements

 

Plusieurs types de ketchs se différencient par leur gréement :
• Le ketch à double flèche : les deux mâts du bateau portent un gréement aurique à corne.
Le ketch à hunier est un ketch double flèche dont le grand mât est surmonté d’un hunier porté par une vergue.
• Le ketch à flèche ou ketch aurique : le grand mât porte une corne et une grand voile à flèche (gréement aurique) et le mât d’artimon une grand voile marconi (gréement bermudien).
• Le ketch bermudien ou ketch marconi : le grand mât et le mât d’artimon portent tous deux des voiles marconi. Le mât avant peut porter une ou deux voiles d’avant.

Pourquoi choisir un ketch ?

 

Le ketch est un voilier attirant et voici quelques raisons d’opter pour un ketch.

1. Le gréement du voilier ketch admet les configurations fractionnées de la voilure, celle-ci étant répartie sur les deux mâts du voilier. C’est une situation particulièrement appréciée des équipages réduits car elle offre la possibilité de fractionner la voile par gros temps et facilite les manœuvres.

2. La division de la voilure procure au ketch une souplesse d’utilisation absente sur un sloop ou un cotre, par exemple. Lorsque la grand voile est affalée, le voilier ketch se comporte bien, même par gros temps. Il ne porte plus alors que sa voile avant et sa voile d’artimon, ce qui a tend à équilibrer le bateau et à lui donner une certaine stabilité.

3. L’implication des constructeurs à appuyer sur la simplicité des manœuvres des ketchs a débouché sur le remplacement des voiles auriques par des voiles marconi de forme triangulaire, ces dernières étant plus simples à manœuvrer et plus performantes au près. Les voiliers ketchs modernes sont des ketchs marconi.

L’inconvénient majeur du voilier ketch est l’atténuation des performances au portant : au près, la bôme d’artimon ne participe pas aux réglages possibles du bateau car elle se trouve pratiquement toujours dans l’axe du bateau.

Quelques exemples de ketchs « remarquables »

 

• Le Pen Duick 2 est un ketch bermudien avec lequel Eric Tabarly gagne la transat anglaise en 1964. Avec une coque de 13,60 m en contreplaqué marine pour un poids de 6,5 tonnes, ce Tarann dessiné par Gilles Constantini, est lége et le fractionnement de la voilure permet d’effectuer les manœuvres en solitaire.

• Le plus grand ketch au monde « Aquijo », est un voilier de première classe, dédié aux croisières autour du monde. Sorti du chantier Vitters Shipyard en 2016, il mesure 85 m de long et 17 m de large. Ses deux mâts de 90 m de haut portent deux grands voiles identiques de 1 192 mètres carrés en tout.

• Le Sunreff 80 (Sunreef Yatchs, Pologne) est un catamaran de luxe tout à fait exceptionnel. Le gréement de ce voilier est composé de deux mâts : le mât principal qui porte la grand voile d’une superficie de 200 m2 et le mât avant qui porte un génois d’une superficie de 150 m2. L’espace habitable représente 340 m2 et met au premier plan l’envie des architectes de créer un bateau luxueux jusque dans les moindres détails, à l’intérieur comme à l’extérieur.

• L’Etoile Polaire, est un ketch aurique dont la coque est en bois et l’armature en fer. Ce ketch constuit en 1916 trouve une autre vie grâce à l’association Skeaf, pour l’insertion sociale et naturelle par la mer. Pour l’occasion, ce voilier est rebaptisé Skeaf.