Une fois la formation théorique assimilée, les navigateurs novices qui ne possèdent pas le permis bateau doivent faire une première expérience de navigation, en toute sécurité. C’est le moyen d’acquérir le minimum du savoir-faire et du savoir-vivre du navigateur pour ensuite, naviguer en pleine mer sur le voilier de votre choix.

 

Rappel : quand peut-on conduire un bateau sans permis ?

 

En mer et d’une façon générale, la conduite d’un bateau sans permis est autorisée si le bateau est équipé d’un moteur dont la puissance motrice est inférieure à 4,5 kW (6 chevaux).

 

En France et sur les eaux intérieures, la réglementation permet de naviguer sans permis à bord d’un bateau fluvial dont la longueur est égale ou inférieure à 15 mètres et dont la vitesse est inférieure ou égale à 12 km/heure.

Le bateau fluvial, ou comment bien vivre sa première expérience !

 

Le premier bateau sans permis auquel on pense est le bateau fluvial, qui permet de naviguer sur les eaux intérieures (fleuves et canaux). Le Canal du Midi, le Canal du Rhône au Rhin, la Mayenne ou encore la Baie de Somme, etc. autant de superbes “balades nautiques”, de merveilleux paysages et des découvertes exceptionnelles. En France, chaque région offre des croisières !

 

Ces bateaux sans permis permettent de faire une première expérience de la navigation et de passer des séjours atypiques. En vivant jour et nuit sur le bateau, les plaisanciers reproduisent la vie à bord des voiliers ou des bateaux à moteur qui naviguent sur les eaux salées des mers et des océans.

 

La majorité des bateaux fluviaux se dessine avec des moteurs d’une puissance de 30 à plus de 100 chevaux, pour des longueurs variables jusqu’à 15 mètres maximum. Les habitacles douillets sont étudiés pour que la vie à bord s’organise de façon confortable. La navigation est simple et les manœuvres se réalisent avec deux manettes de commande (seulement). La vitesse de navigation est environ de 6 km/heure, sécurisant les navigateurs peu ou pas expérimentés et permettant une navigation sereine car sans risque.

 

Exemple de bateau fluvial sans permis :

Le bateau “Tarpon” de la gamme RECLA : bateau fluvial “made in France”, issu du chantier naval CPC, situé en Bourgogne et que le constructeur présente comme une “véritable maison secondaire”.

 

Le catamaran solaire, ou comment passer de l’eau douce à l’eau salée !

 

La location d’un catamaran solaire, dans le sud de la France, en Méditerranée, est une option pour passer du bateau fluvial au voilier. C’est une façon d’aborder la navigation en mer.

Note, le bateau solaire est muni d’un moteur électrique dont les acquis en énergie extérieure proviennent uniquement du soleil.

 

La location de ce type de bateau sans permis est accompagnée d’une formation théorique et pratique d’une heure environ. La conduite de ce bateau sans permis ne demande pas plus de temps pour être autonome et sortir en mer.

 

Vous abordez la navigation côtière sans passer d’examen, sans avoir besoin de permis côtier ou de certificat. La conduite des bateaux électriques est douce et les manœuvres sont simples à réaliser.

 

Exemple de catamaran solaire sans permis :

Le catamaran SSR19 2.0 : bateau solaire fabriqué en France (conception et réalisation) qui a une totale autonomie. Le fabricant présente son bateau comme l’un des plus “éco-navigant au Monde”.

 

Le voilier, ou comment se lancer dans le grand bain !

 

A bord d’un voilier, la navigation de plaisance sans permis bateau ne répond pas exactement aux mêmes critères. En effet, de nombreux bateaux à voile sont équipés d’un moteur dont la puissance est supérieure à 6 chevaux, sans pour autant nécessiter de permis bateau pour les conduire.

 

Ces bateaux doivent donc être reconnus en tant que voiliers et non en tant que bateaux à moteur, Ce qui implique que la propulsion principale du bateau soit vélique et le bateau se déplace uniquement grâce au vent. Dans ce cas, le moteur est un moyen de dépannage (pas de vent) dont l’utilisation devient occasionnelle (manœuvres dans le port).

 

Le bateau à voile dont les mesures vérifient la formule suivante est un voilier :

As ≥ 0,07 (mLDC)2/3

As : surface de voilure de toutes les voiles (m2).

mLDC : masse du navire en condition de charge (kg).

 

En France donc, le code de navigation maritime n’exige aucun permis bateau pour conduire un voilier, que ce soit pour la navigation côtière ou hauturière.

 

Attention, le voilier doit être équipé d’une VHF pour naviguer au-delà des 6 milles nautiques qui représentent la frontière ente la navigation côtière et la navigation semi-hauturière (2017) et le skipper doit être titulaire d’un CRR (Certificat Restreint de Radiotéléphonie).

Le CRR maritime est valable sur les eaux intérieures si le bateau (moteur ou voile) est équipé d’une VHF, mais l’inverse n’est pas vrai.

 

La navigation à bord d’un voilier est l’étape ultime du navigateur sans permis bateau !

 

Exemple d’un voilier équipé d’un moteur :

Le ABSOLUTE SPA “52 Navetta” est un bateau à voile équipé d’un moteur IB Volvo D2-75 de 75 chevaux.

Mais ce bateau est classé comme voilier car la surface de voile est supérieure à 39,18 m² et donc, sa conduite ne nécessite pas le permis bateau.

 

 

La navigation de plaisance est à votre portée et pour naviguer sereinement, n’oubliez jamais que la sécurité doit être au premier plan de vos préoccupations !

Pin It on Pinterest

Share This