Que signifie lof ?

par | Nov 6, 2019 | Autour du bateau | 0 commentaires

La navigation de plaisance impose aux navigateurs de connaître un minimum de règles sur la direction du vent et la position de leur voilier par rapport au vent. Un voilier qui avance est un voilier dont le vent gonfle les voiles, si les voiles sont dégonflées, le bateau n’avance pas. Cela signifie simplement que face au vent, il est impossible de naviguer. Aujourd’hui, les voiliers modernes peuvent se rapprocher du vent en respectant un angle de 45° de chaque côté de la direction du vent.

Lofer, définition simple

 

Lofer, c’est effectuer la manœuvre qui va permettre au voilier de se rapprocher du vent, la manœuvre qui va permettre au voilier d’avancer vers le vent.

Si le vent vient de la droite du bateau, c’est-à-dire de tribord, les voiles se trouvent du côté opposé, à bâbord. Pour lofer dans cette situation, il faut faire en sorte que le bateau se déplace dans la direction du vent, soit vers tribord (à droite).

Si le vent vient de la gauche du bateau, c’est-à-dire de bâbord, les voiles sont à tribord. Pour lofer, le barreur va alors diriger le bateau vers la gauche (bâbord).

Lofer, comment effectuer la manœuvre

 

Dans la pratique, c’est le barreur qui gère la manœuvre et qui utilise la barre pour lofer. Avant de passer à l’action, ce dernier doit savoir si le bateau est équipé d’une barre à roue ou s’il est équipé d’une barre franche car son intervention sera légèrement différente en fonction de l’une ou l’autre option.

Lofer avec une barre à roue

La barre à roue fonctionne de façon similaire au volant d’une voiture. La roue dispose de « rayons » en bois, au nombre de 6 à 10, tous convergeant vers le centre de la roue. Les rayons passent à travers le bord externe de la roue et servent alors de poignées. Lorsque les marins ne disposaient encore d’aucun éclairage pour naviguer la nuit, ces poignées portaient des rainures de différentes tailles, servant à guider le barreur dans l’obscurité. Ainsi, lorsque la rainure la plus grande se trouvait orientée vers le haut, le barreur savait que le gouvernail était droit.
Pour lofer, si le vent vient de tribord, le barreur doit diriger son bateau vers bâbord (la gauche) et dans ce cas, il lui suffit de tourner la barre à roue du côté gauche. Inversement, si le barreur doit diriger le voilier vers tribord lorsque le vent vient de bâbord, il va tourner la roue du côté droit (tribord).

Lofer avec une barre franche

La barre franche s’utilise différemment de la barre à roue. En fait, et c’est peut-être un peu déroutant pour les navigateurs débutants, le barreur positionne la barre franche du côté opposé à la direction où il veut emmener son bateau.
La barre franche est une simple barre de bois ou de métal (timon), reliée à la mèche du safran.
Note : Le safran est l’élément immergé du gouvernail. Le pivotement du safran en relation avec la barre, dirige le navire. Il dévie le flux d’eau sous la coque du bateau.
Pour lofer et diriger son voilier vers tribord, le barreur met la barre franche du côté opposé à cette direction, soit à gauche (bâbord). Dans le second cas, pour pointer l’avant de son bateau vers bâbord, le barreur met la barre franche vers la droite (tribord).
Un moyen mnémotechnique peut aider les navigateurs les moins confirmés à lofer avec une barre franche :
« LOFER = Bateau vers Vent = Barre vers Voiles (LOFER c’est BV x2, « Bravo » « Victor » x2) ».
En effet, que le barreur souhaite diriger son voilier vers bâbord ou vers tribord, il doit positionner sa barre franche vers les voiles.
Attention, les navigateurs emploient également l’expression « pousser la barre », qui ne se vérifie que dans un cas sur deux car le barreur pousse mais également, il tire la barre, en fonction de sa position au moment où il doit lofer.